Rechercher

L'importance de la vitamine E

Ces dernières semaines, vous avez été nombreux à me contacter pour de la vitamine E. Ou encore, nous avons constaté ensemble que cette dernière ferait du bien à v

otre cheval. Après discussion avec quelques vétérinaires, nous constatons qu’elle est très souvent administrée en quantités trop faibles par rapport aux besoins quotidiens. Parfois, la supplémentation en vitamine E permet de mettre derrière nous quelques soucis. Particulièrement, nous arrivons à la fin de l’hiver et les chevaux au pré chez qui la ration n’a pas été corrigée selon la saison commencent à laisser entrevoir une carence en vitamine E.

1. A quoi sert-elle ? La vitamine E est un anti-oxydant majeur. Elle permet la protection des membranes cellulaires. Elle intervient notamment dans les fonctions nerveuses, musculaires, reproductrices. Lorsque le cheval ne reçoit pas suffisamment de vitamine E, les radicaux libres peuvent endommager les cellules voire les détruire (stress oxydait).

2. Principales sources de la vitamine E La vitamine E est une vitamine liposoluble que le cheval ne peut produire lui-même. C’est donc l’alimentation qui doit la lui fournir. Une herbe de bonne qualité peut à priori combler les besoins d’un cheval à l’entretien en vitamine E. Néanmoins, lorsque l’herbe est coupée pour en faire du foin, elle perd de sa teneur en vitamine E. Plus le temps avance, plus la quantité de vitamine E dans le foin diminue jusqu’à devenir quasiment nulle. On retrouve aussi de la vitamine E dans certaines huiles végétales.

3. Les besoins de mon cheval en vitamine E

Pour un cheval adulte de 500kg à l’entretien, le NRC (National Research Council) recommande 1UI de vitamine E par kg de poids corporel par jour. Les quantités de vitamine E s’exprime en unité internationale (UI). Cette quantité peut être revue à la hausse chez

  • Les juments en gestation/lactation

  • Les poulains en croissance

  • Les chevaux à l’exercice

  • Les chevaux sujets aux allergies

  • Les chevaux âgés

  • Les chevaux avec des pathologies musculaires

4. Conséquences d’une carence en vitamine E

Les résultats d’une carence en vitamine E peuvent s’observer quand il est déjà trop tard, notamment lors de troubles neurologiques. Avant ce stade, quelques signes peuvent déjà vous alerter : raideurs musculaires, récupération lente, système immunitaire fragilisé, crampes, …

5. Comment choisir mon complément ?

Rares sont les gammes de compléments alimentaires qui font une croix sur cette vitamine. Pour bien choisir, votre attention doit être portée sur :

  • La source de vitamine E. Elle peut être naturelle ou synthétique. La vitamine E naturelle (+ chère) sera toujours mieux assimilée par votre cheval. On la préfèrera chez des chevaux où l’on suppose une assimilation faible (senior, pathologies digestives, flore intestinale perturbée, …). Des études scientifiques ont démontré l’intérêt de la vitamine E naturelle lorsqu’il est nécessaire qu’elle soit rapidement assimilée. Chez des chevaux en bonne santé et sans antécédents de pathologies musculaires, la vitamine E de synthèse peut « faire le job » et représente un avantage financier mais attention au tiret suivant.

  • La concentration du complément : après avoir vérifiez la source de vitamine E, qui n’est pas toujours mentionnée, (en général quand c’est de la naturelle, la marque n’hésite surtout pas à s’en vanter. Si ce n’est pas précisé, 99% de chances qu’on soit sur de la vitamine E de synthèse, il vous faudra convertir les UI en mg afin d’évaluer la concentration, la dose à administrer et le coût journalier. Par exemple, si vous voulez donner à votre cheval 800 UI de vitamine E - vous donneriez deux gélules de 400 UI, qu'il s'agisse de vitamine E naturelle (d-alpha tocophérol) ou de vitamine E de synthèse (dl-alpha-tocophérol). Les gélules naturelles contiendraient 536 912 mg de d-alpha tocophérol, tandis que les gélules synthétiques contiendraient 727 273 mg de dl-alpha-tocophérol. Mais elles fourniraient toutes les deux 400 UI de vitamine E.

  • L'apport d'un CMV conseillé par votre nutritionniste peut se charger de corriger les apports.

Attention, la vitamine E étant liposoluble, il faut s’assurer qu’elle est administrée avec des matières grasses pour assurer son assimilation. Si vous ajoutez une certaine quantité de matières grasses dans la ration, les besoins en vitamine E augmentent. Les besoins en vitamine E diminuent avec un apport en sélénium (plus de détails dans un prochain article).


Faire appel à un vétérinaire et/ou un nutritionniste qualifié vous évitera toujours ces prises de tête. La meilleure manière d’éviter une carence est d’établir un calcul de ration et de s’assurer que l’on fournit à notre cheval tout ce dont son organisme a besoin pour fonctionner, sans aller puiser dans ses réserves. Chez Equi-Med, nous vous fournissons plusieurs compléments à base de vitamine E :


78 vues0 commentaire